Nos projets

Domaines prioritaires

  • Diversification des revenus des jeunes
  • Santé
  • Eau potable
  • Écoles
  • L’autonomisation des femmes

Notre approche

Avant de lancer des projets dans un village, nos responsables de projet et les villageois identifient les principaux besoins et, si nécessaire, mettent en place des structures organisationnelles locales pour assurer l’efficacité à long terme des projets. Nous faisons appel à des entreprises locales et utilisons des matériaux locaux chaque fois que cela est possible.

Pour rendre nos projets aussi efficaces et durables que possible, nous cultivons de bonnes relations avec les autorités locales et les communautés villageoises et nous encourageons la “propriété locale”. Par exemple, des comités locaux sont responsables de l’entretien des installations d’eau potable que nous avons parrainées.

Nos projets sont financés par des dons de particuliers, de fondations, d’entreprises et d’institutions publiques.

Diversification des revenus pour les jeunes

 

Problème:

Les possibilités offertes aux jeunes dans les villages de cacao sont limitées et les niveaux d’éducation sont généralement faibles. Ceux qui le peuvent, partent chercher du travail dans les villes. Ceux qui restent ont tendance à travailler dans les exploitations de cacao de leurs parents ou dans le secteur du cacao.

L’approche de CABOZ Action:

Nous aidons les jeunes des villages de cacao où nous travaillons à améliorer leur situation économique et à devenir plus résistants grâce à un projet d’école de terrain pour jeunes agriculteurs (YFFS), ainsi qu’à un programme d’associations villageoises d’épargne et de prêt (VSLA) et à la sensibilisation aux questions de genre. Nous sommes reconnaissants à la Fondation Jacobs et à la société CABOZ d’avoir financé ce projet dans le cadre du programme TRECC.

2018 : Participation in TRECC program

L’approche holistique utilisée comporte trois éléments principaux : 1. améliorer le rendement des cultures de cacao grâce à de bonnes pratiques agricoles ; 2. générer des fonds grâce à l’épargne régulière et à la budgétisation des dépenses des ménages ; et 3. diversifier les revenus des participants en utilisant les fonds épargnés pour mettre en place des activités génératrices de revenus (AGR).

CABOZ Action a commencé à développer le projet YFFS en janvier 2020, après que la fin du projet pilote en 2019. Il est maintenant également mis en œuvre dans la région de Duekoué. Lydie, notre chef de projet là-bas, est responsable de quatre groupes, tandis que Fulbert, le chef de projet dans la région de Soubré, est responsable de six groupes. Chaque groupe compte environ 25 à 30 membres âgés de 15 à 35 ans. La proportion de femmes est d’environ 43%. Sous la direction de Lydie et Fulbert, chaque groupe est étroitement encadré par un “facilitateur”, qui gagne un peu plus d’argent pour transmettre aux autres membres du groupe la formation qu’il reçoit en matière de commerce et d’agriculture.

Les groupes se réunissent généralement une fois par semaine. Chaque fois qu’ils se réunissent, chaque membre met une petite somme d’argent dans le “pot” d’épargne commun, et d’ici la fin de 2020, ils auront récolté plus de 1000 francs par groupe. Les membres sont enthousiastes et motivés à l’idée d’augmenter leurs contributions hebdomadaires au régime d’épargne, car plus ils ont d’argent dans le pot, plus ils pourront financer de nouvelles activités. Le personnel de CABOZ Action effectue des audits réguliers pour vérifier que l’épargne et les prêts sont correctement documentés et que le montant exact est dans le pot. Ils aident également à résoudre les problèmes qui peuvent survenir.

Au départ, beaucoup étaient réticents à emprunter sur le pot, car l’endettement est culturellement perçu de manière défavorable. Entre-temps, cependant, les 10 groupes ont sélectionné une quarantaine d’activités génératrices de revenus (AGR) qu’ils souhaitent mettre en œuvre individuellement ou collectivement avec l’épargne. Ces AGR vont de la vente d’œufs, de chiffons, de carburant et de produits d’hygiène à la culture du maïs ou des haricots, l’élevage de porcs, la vente de nourriture et la transformation du manioc.

Dès le début, on a pris soin d’inclure les femmes dans les groupes, et certaines des activités des groupes comprennent la sensibilisation aux questions de genre. Les membres des groupes sélectionnés sont encadrés en tant que “faiseurs de changement” et servent de modèles dans leurs communautés locales en promouvant une plus grande coopération entre les femmes et les hommes dans la prise de décision familiale, l’établissement du budget et les tâches ménagères.

Lydie rapporte que la participation aux cours de formation a été élevée et que ceux-ci ont été très bien accueillis. Les commentaires typiques (glissés) des participants ont été : “Sans ces cours, il n’y aurait pas de paix et de tranquillité à la maison” et : “Sans ces cours de formation, ce serait comme si deux personnes aveugles se dirigeaient l’une l’autre”. Un autre participant dit qu’il considérait auparavant que la tâche quotidienne de balayer le jardin était exclusivement un travail de femme, et qu’il lui arrive maintenant de balayer le jardin de sa femme juste pour lui faire plaisir. Cela peut nous faire sourire, mais étant donné que les sociétés villageoises sont traditionnellement divisées en fonction du sexe, de tels gestes ont une grande signification. Un autre initiateur de changement rapporte qu’il a conseillé à son voisin de joindre les deux bouts en établissant un budget et en planifiant mieux son travail.

Santé

 

Problèmes:

  • “Le nombre élevé de décès maternels et infantiles constitue un problème majeur …, et des lacunes subsistent … dans les soins de santé de base.” (Commission européenne, janvier 2016).
  • Covid 19

L’approche de CABOZ Action:

  • Donner des cours dans les villages de cacao sur la santé des femmes, la contraception, l’hygiène et la nutrition, en particulier pour les nourrissons.
  • Campagne de prévention du Covid 19 : heureusement, la pandémie de coronavirus a eu jusqu’à présent un impact moins dévastateur en Afrique que ce que l’on craignait initialement. Mais les mesures de prévention sont particulièrement importantes dans les pays où les places de soins intensifs sont peu nombreuses. C’est pourquoi CABOZ Action, avec le soutien de la Fondation Jacobs, mène des campagnes de sensibilisation dans 44 villages de cacao dans les régions partenaires. Lors des réunions des 10 groupes de jeunes de la YFFS, les participants ont été régulièrement rappelés aux mesures de prévention depuis le début de la pandémie. Aujourd’hui, 34 autres villages bénéficient des informations et du matériel que nous fournissons, tels que du savon et des modèles de masques. La campagne suit les directives nationales et transmet des conseils compatibles avec les coutumes locales des villages de nos régions partenaires. Il s’agit notamment des règles d’hygiène pour le lavage des mains, ainsi que de l’utilisation correcte des masques en tissu réutilisables, que nous aidons les villageois à produire localement.

L’eau potable

 

Problème:

Selon l’Office Nationale de l’Eau Potable, seulement 65% de la population rurale de Côte d’Ivoire a accès à une bonne eau potable.

L’approche de CABOZ Action :

 

  • Construire de nouveaux puits et latrines, et rénover les anciens puits – voir les rapports annuels pour 2013 et 2014.
  • Installer des réservoirs d’eau de pluie dans les écoles avec des pompes, des micro-filtres et des lampes UV fournis par Aqua Pura, qui a également financé les panneaux solaires et les batteries pour faire fonctionner le système dans trois écoles. Environ 600 élèves et 18 enseignants ont désormais accès à de l’eau potable propre.
  • Installer une pompe pour l’eau potable dans un village de la région de Duékoué et mettre en place et soutenir un comité villageois de gestion de l’eau – achèvement prévu début 2021.

Écoles

 

Problème:

La plupart des villages manquent de salles de classe, de jardins d’enfants et de cantines scolaires bien équipés. Les enfants peuvent ne pas avoir assez à manger. Parfois, ils doivent aider leurs parents dans les fermes.

L’approche de CABOZ Action:

Fournir du matériel scolaire (crayons, livres et tableaux), ainsi que des pupitres scolaires fabriqués localement. Construire des cantines scolaires pour nourrir environ 600 élèves et salles de classe.

L'autonomisation des femmes

 

Problème:

De nombreuses femmes sont analphabètes et ont des enfants lorsqu’elles sont assez jeunes. Elles ont traditionnellement peu d’autorité, même au sein de la famille, sont mal organisées et n’ont pas de source de revenus indépendante. 

L’approche de CABOZ Action:

  •  Aider à la création de comités de femmes dans les villages et soutenir leurs projets.
  • Impliquer les jeunes femmes dans le projet YFFS et ses activités génératrices de revenus.
  • Encourager les hommes et les femmes à participer à la partie du projet YFFS consacrée à la sensibilisation aux questions de genre – voir ci-dessus la section sur la diversification des revenus).

Faites un don

CABOZ Action
IBAN: CH96 0839 0031 7536 1000 0
BIC (SWIFT-Code): ABSOCH22
Hermetschloostrasse 70, 8048 Zürich

En Suisse, les dons à CABOZ Action sont déductibles des impôts dans la plupart des cantons. 

Contact

Silvia Dingwall
Présidente de CABOZ Action
Sternenstrasse 7, 5415 Nussbaumen